Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Entretien avec Olivier Mantei, directeur de l'Opéra Comique et ancien étudiant en musicologie à l'EHESS

Portraits

-

06/04/2020

Ancien élève de musicologie à l’EHESS, Olivier Mantei dirige aujourd’hui l’Opéra Comique et codirige le théâtre des Bouffes du Nord. Au cours d’un rendez-vous à l’Opéra, il nous a fait l’honneur de s’entretenir avec nous de son parcours à l’École.


À l’arrière de l’imposant Opéra Comique, une petite porte ouvre sur les locaux administratifs. Au deuxième étage d’un modeste escalier de service se niche une aussi modeste porte blanche. Sans l’étiquette posée dessus, on douterait qu’elle abrite le bureau du directeur de l’établissement. Mais lorsqu’on pousse le double battant, se découvre derrière une pièce cossue. Des murs aux tons bruns et dorés ; le buste d’un ancien directeur de l’Opéra sur le manteau de la cheminée ; une table en bois noble, autour de laquelle se trouve notre homme : Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique depuis 2015.

Vingt-cinq ans avant de s’installer à ce bureau, Olivier Mantei étudiait dans les locaux de l’EHESS, où il suivait un doctorat de musicologie. Après une classe préparatoire littéraire au lycée Chaptal, puis un DEA et une maîtrise en lettres modernes à la Sorbonne, durant lesquels il travaille sur les écrits de Berlioz, Olivier Mantei bascule vers la musique contemporaine pour son doctorat. À ses yeux, l’EHESS s’imposait naturellement « pour son mélange des genres et sa recherche de pointe pluridisciplinaire, innovante et décalée ».

Pendant cinq ans, le futur directeur de l’Opéra Comique et codirecteur des Bouffes du Nord met de côté la mystique romantique de Berlioz pour se concentrer sur l’imago du compositeur et sa place dans la société contemporaine. Dans le cadre de sa thèse, il rencontre une trentaine de compositeurs. De ses années passées à l’EHESS, il garde des « souvenirs formidables » de cours avec Gérard GenettePierre-Michel Menger et même Milan Kundera. Il se souvient qu’« il régnait alors à l’EHESS une ambiance de liberté et de démocratie, propice à l’initiation à la recherche ».

Malheureusement, travaillant déjà en parallèle de ses études, Olivier Mantei est « rattrapé par la vie professionnelle » et, malgré quatre à cinq ans de doctorat, doit mettre ses recherches de côté.

En dépit de l’inachèvement de son parcours à l’EHESS, la formation qu’il y reçoit marque durablement sa manière de travailler. Bien qu’il soit, comme il s’amuse à le dire lui-même, « passé depuis aux travaux pratiques » en commandant des créations aux compositeurs, les méthodes, le contenu et surtout, la patience, qu’il a retenus de l’École l’aident encore aujourd’hui dans l’exercice de son métier. Mieux encore : ne pas avoir terminé son doctorat ne l’empêche pas de poursuivre la recherche. Comme il aime à le dire, le sourire aux lèvres : « La recherche entretient l’activité cérébrale : il ne faut jamais arrêter d’en faire ». 


Retrouvez la suite de la carrière d’Olivier Mantei sur le site de l’Opéra Comique.

Crédit photo : Olivier Mantei © Irène de Rosen 


Par Maxime Lerolle, chargé de communication du réseau EHESS Alumni


457 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Entretien avec Alexandre Faure, docteur en études urbaines à l'EHESS et post-doctorant à la Fondation France-Japon

ML

Maxime Lerolle

04 mai

Portraits

BD et SHS | Un éclairage de la Docteure Pagis

ML

Maxime Lerolle

25 février

Portraits

BD et SHS | Étienne Anheim, de la formation par la BD à la création de BD

ML

Maxime Lerolle

25 février